Je recrute

Je cherche un job

Offres d'emploi web à Genève

Genève est une agglomération aux multiples facettes. Centre mondial de la diplomatie, elle accueille plus de 250 ONG et 23 organisations internationales. L'OMS, l'OMC, le CERN, le Comité international de la Croix Rouge sont quelques exemples d'organismes au rayonnement mondial présentes sur son sol. Deuxième ville de Suisse après Zurich en nombre d'habitants (plus de 200 000), Genève est aussi la deuxième place financière du pays. Prés de 50 % des habitants sont des ressortissants étrangers, dont un grand nombre viennent de France, attirés par un marché du travail dynamique mais aussi une qualité de vie exceptionnelle.

En effet, cette « ville mondiale » dynamique et foisonnante a su se développer sans perdre de vue ses atouts naturels. Paysages magnifiques entre les sommets des Alpes et du Jura, berges du Léman et du Rhône aménagées, la cité a réservé 20 % de son territoire à des espaces verts dont le Jardin Anglais avec sa fameuse horloge fleurie. Genève propose un environnement de travail très attirant entre hôtels de luxe et incubateurs pour les nouvelles technologies, ambiance feutrée et atmosphère « branchée », ville étudiante et cadre familial. Sur la zone, plus de 93 % des emplois sont issus du tertiaire, et 51 % des travailleurs travaillent dans des PME souvent pour un salaire supérieur à la moyenne nationale.

Enfin, ville résolument tournée vers le futur, Genève fournit une environnement adéquat pour les métiers autour du monde du web, du multimédia, du marketing et de la communication digitale.

Genève : capitale du digital

Fin 2018, Aline Yazgi, journaliste spécialiste de l'économie helvète, à la suite d'une enquête approfondie sur l'économie 4. 0 en Suisse (1), clamait : « Genève a en effet de nombreux atouts pour se positionner comme une capitale du digital ». La politique cantonale en la matière a été définie grâce à des consultations publiques, une première mondiale. Faciliter, promouvoir, protéger, former et réguler sont les grands axes de réflexion et de développement autour des nouvelles technologies choisie par la population. Géo-données, blockchain, intelligence artificielle, interface homme-machine et cybersécurité ont aussi émergés du débat. L'accent est donc mis sur ces domaines particuliers, pourvoyeurs d'emplois de développeurs, de codeurs, d'analystes de données et de trafic. Le canton a une politique volontariste impliquant les autorités politiques, les entreprises du numérique, les structures de formation et les instituts de recherche. Certains ont souligné que Genève s'est réveillée un peu tard par rapport aux voisins français ou anglais. Mais beaucoup expliquent que c'est un avantage pour mieux analyser ce qu'il faut et ne faut pas faire. Par exemple, des efforts sont faits sur la formation dès le plus jeune âge. Le Conseil d'État accélère la mise en place d'une éducation autour de l'informatique dans les gymnases. Le codage fait son entrée à l'école. La Confédération s'engage à encourager les disciplines MINT : mathématique, informatique, sciences naturelles et technologie. Et les offres d'enseignement en écoles privées ou en formations continues autour des technologies de l'information continuent à se développer. La Cité des métiers du Grand Genève est une mine d'informations pour trouver sa formation sur les métiers numériques.

Les start-ups chouchoutées

La ville de Genève a donc une politique d'emploi et d'implantation d'entreprises dynamique. Elle participe à de nombreuses manifestations, rencontres et opérations marketing autour des métiers liés aux nouvelles technologies.

Une de ses réussites est la fondation : Fondetec. Elle est chargée stimuler l'innovation, de promouvoir les nouvelles entreprises créatrices d'emplois et de développer les entreprises existantes. En partenariat avec Spaces, espace de co-working, de réseautage et de location de bureaux et salles orientés nouvelles technologies, Fondetec gère le fameux Startup weekend. Pendant 54 heures, jeunes et moins jeunes, expérimentés ou non, proposent une idée même vague de start-up autour du vaste monde digital. Commence alors sur un même lieu d'intenses réflexions sur l'idée, accompagnées par des spécialistes du monde entrepreneurial. Études de marchés, stratégie marketing et digitale, recherche de financements, définition de business model, développement sur le long terme, etc. Tout est fait pour concrétiser l'idée de base. Ce genre de rendez-vous créée une émulation salutaire autour des nouvelles technologies.

Autre initiative, transversale cette fois : Digital Switzerland a pour but de faire de la Suisse un leader mondial en matière d'innovation digitale. Pouvoirs publics, grandes industries et structures de recherches et de développement mettent en commun leur professionnalisme pour accompagner les start-ups. L'organisme propose par exemple la « Journée du digital » qui a essaimé sur l'ensemble de la Suisse.

Hackaton, crowfunding, business accélération, concours et autres rencontres autour de la Swisstech rythment quasiment toutes les semaines la vie des start-ups helvètes.

Non seulement la ville est souvent initiatrice de ces rencontres mais les grandes entreprises locales développent de plus en plus ce genre de rendez-vous. Une manière aussi de montrer leur volonté de participer à la révolution digitale... et de trouver de futurs collaborateurs entre autres dans les métiers du web. Trouver un stage ou un emploi sur Genève et son canton semble assez aisé vue la pléthore d'annonces. Comme partout les développeurs web et Fullstack en JAVA ont la cote. Mais les métiers du web marketing, de la communication digitale, du design, de l'analyse de DATA, et du référencement SEO et SEA sont aussi présents, que se soit pour des ingénieurs ou managers expérimentés ou des débutants autodidactes. Les grands organismes internationaux et les ONG sont aussi très demandeuses notamment de community manager et de professionnels en digital marketing et en multimédia.

Enfin, il ne faut pas oublier que les organismes locaux (cités, cantons, etc) visent une digitalisation complète de leur communication et de leurs relations avec les administrés. Ainsi dans les 4000 collaborateurs de la ville de Genève, bon nombre travaillent autour des axes de développement numérique pilotés par la Direction des systèmes d'information et de Communication de la ville. Le but de cet organisme est non seulement de faciliter la communication et l'information digitale avec les administrés mais aussi de faire de Genève une smart-city, une cité intelligente.

Pour finir, il est toujours utile de rappeler que notre fameux web, l'internet que nous utilisons tous les jours et qui dynamise le marché de l'emploi des nouvelles technologies, est né ici, au sein du CERN en 1989...

(1) https://www.ccig.ch/publications-FR/2018/11/Les-defis-des-entreprises-face-a-leconomie-40

5 autres articles en lien avec cette page :