Je recrute

Je cherche un job

Offres d'emploi web en Suisse Romande

La partie francophone de la Suisse (ou Suisse romande) a su développer un territoire attractif non seulement sur le plan touristique mais aussi économique.

Répartie sur plus de 9 500 km², elle englobe les cantons de Genève, de Neuchâtel, du Vaud, du Jura et une partie des cantons de Berne, de Fribourg et du Valais. Situé en grande partie autour du lac Léman, entre Alpes et Jura, son riche patrimoine historique et naturel en fait une terre touristique exceptionnelle. On y trouve de petits villages pittoresques du côté de Lavaux, avec leurs fameuses vignes en terrasse, et de grands centres citadins jouant entre autres la carte du tourisme de luxe, par exemple sur la fameuse Riviera vaudoise.

Si ces cantons sont indépendants politiquement et si la Suisse romande n'a pas d'existence sur le plan juridique, une vraie cohésion territoriale est mise en place grâce à des conventions et autres concordats inter-cantonaux. Cette synergie porte ses fruits du point de vue économique et en fait l'un des territoires d'Europe les plus attractifs pour les jeunes en recherche d'opportunités. L'Office fédéral de la Statistique explique, chiffres à l'appui, que cette attraction économique va compenser le vieillissement de la population, à part pour l'arc jurassien. On assistera donc à un rééquilibrage au niveau national entre Suisse alémanique et romande en faveur de cette dernière.

Cette évolution démographique positive repose surtout sur les efforts politico-économiques en direction des nouvelles technologies et de la digitalisation.

La politique en la matière est la suivante : créer des synergies entre les centres de formation, les structures de recherche et de développement et le monde foisonnant des start-up, des PME et des grands groupes internationaux. Non sans oublier l'importance sur ce territoire de la présence de très nombreuses ONG.

L'exemple parfait de cette synergie voulue politiquement est la présence de structures de recherches et de développement qui quadrillent le territoire.

Le Biopôle à Lausanne, le TechnoArk de Sierre, la Bleu Factory à Fribourg sont quelques exemples de ces entités favorisant les rencontres entre les milieux scientifiques, les start-up et les PME. Il faut ajouter un souci d'éducation aux nouvelles technologies de communication grâce à des efforts dans les écoles en direction du codage, mais aussi à la présence de web school factory et de filières orientées métiers du web, communication et design multimédia. Il existe bon nombre de formations sur le territoire pour tous les niveaux, du débutant voulant en savoir un peu plus sur les médias sociaux à des études longues en web marketing et technologies de communication. L'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne illustre un exemple parfait du mariage réussi entre éducation, recherche de pointe et partenariat avec des entreprises.

Autre exemple de l'attractivité du territoire : le fameux MassChallenge, organisation américaine de soutien aux start-up mondialement connue, a créé en 2016 une antenne en Suisse.

Toutes ces opérations ont enclenché une dynamique sur tout le territoire en faveur des nouvelles technologies, et plus particulièrement des métiers autour du web.

Comme partout ailleurs, ce sont avant tout les emplois de codeurs qui sont proposés. Dans l'ombre des graphistes et autres web masters, le codage est enfin reconnu comme il le devait : la base de tout site internet et de toute application web. Malgré la mort annoncée depuis des années du langage JAVA, la majorité des annonces en Suisse romande, comme partout ailleurs, met encore en avant ce langage. S'il est de moins en moins utilisé pour les sites internet, sa portabilité lui assure encore de beaux jours pour les applications web. Développeur et architecte JAVA restent ainsi des métiers pourvoyeurs d'emplois du web, ainsi qu'intégrateur web (HTML/CSS).

PME en recherche de visibilité

En Suisse, les PME représentent plus de 99 % des entreprises marchandes. Ces entreprises peuvent s'occuper de leur communication digitale en interne mais beaucoup délèguent ce secteur en externe, faute de temps et de moyens. Aussi, les entreprises et start-up autour de la fabrication des sites internet sont très nombreuses. Elles peuvent être généralistes et proposer la réalisation et la maintenance de sites internet de A à Z. Dans ce cas-là, elles embauchent un panel complet de professionnels du web, du directeur artistique au graphiste, du chef de projet au développeur FrontEnd, du community manager au rédacteur web. Mais la forte demande des PME a aussi généré des entreprises du web spécialisées sur des secteurs bien précis, provoquant un début de spécialisation des entreprises. On trouvera par exemple des structures proposant du contenu pour les projets web : graphisme, animations, vidéos ou textes enrichis. Certaines se spécialisent dans la fabrication d'applications web. D'autres ne s'occupent que de la e-réputation des entreprises sur les réseaux sociaux, grâce à des community managers et des social media managers. Et, de plus en plus, des entreprises spécialisées dans le référencement.

Référencement, FinTech et e-commerce

On assiste en effet à une vraie lutte autour du référencement des sites sur les moteurs de recherche et en particulier Google. Qu'il soit payant (SEA : Search Engine Ads) ou naturel (SEO : Search Engine Optimization), un bon référencement doit permettre au site internet d'apparaître dans les premières réponses des moteurs de recherche.

Ce domaine est un vrai vecteur d'emplois bien spécifiques.

Sont surtout demandés des spécialistes du code (HTML, CSS), des professionnels du web marketing, des rédacteurs spécialisés SEO, des analystes du trafic, etc. Si cela est vrai pour les fameuses PME, multinationales, institutions et ONG sont aussi concernées par cette lutte pour la visibilité.

On peut par ailleurs noter que, sur le territoire, beaucoup de professionnels du web travaillent en freelance, notamment dans la production de contenus comme les rédacteurs web.

Autre attrait de la Suisse romande : la politique financière. Elle aussi a permis de développer un secteur porteur d'emplois : la Fintech (ou technologie financière). La Suisse romande veut être au top de la recherche autour de la sécurité des données, des cloud et des blockchains. Non seulement elle procure des débouchés pour les DATA analysts (les ingénieurs de système cloud) mais aussi dans le management des données et pour les consultants en sécurité web.

Les facilités financières et douanières ont bien sûr un impact sur la vitalité des entreprises.

La moitié du chiffre d'affaires des entreprises de Suisse romande est réalisée à l'étranger. Cette appétence pour le commerce extérieur favorise bien sûr tous les métiers autour de la communication et du web marketing. Le simple commercial « à l'ancienne » est devenu un web marketeur et de nouveaux métiers attractifs sont entrés en scène comme le Social Engine Marketeur ou le media planner.

En plus des nombreux attraits du territoire romand, ces facilités financières permettent aux entreprises de proposer des salaires bien plus élevés que dans beaucoup de pays européens. Et cette attractivité de la Suisse romande sur les métiers du web n'en est qu'à ses débuts !

Rappelons enfin que ce dynamisme n'est pas né d'hier :

le World Wide Web, précurseur de l'internet que nous utilisons tous les jours, est né en Suisse au CERN dans le canton de Genève. Déjà, derrière sa création, existe l'idée d'optimiser les contributions entre professionnels du nucléaire disséminés dans le monde entier. L'Anglais Tim Berners-Lee avec le Belge Robert Cailliau veulent faciliter les échanges d'informations entre les physiciens en s'appuyant sur le réseau ARPANET existant. Puis voyant l'intérêt de ce qui deviendra le web, ils ont la volonté de partager cette découverte avec le plus grand nombre. Cette invention va changer à tout jamais l'informatique et la communication au niveau mondial.

les premières souris Logitech ont vu le jour dans le canton de Vaud. Avant d'être à tête de la multinationale bien connue, Daniel Borel fonde sa société dans le petit village vaudois de... Apples (!) en 1981. Dans ce qui deviendra la pure tradition des start-ups de Floride, D. Borel commencera non pas dans le garage de ses parents mais dans leur ferme. C'est en travaillant avec un professeur de l'École polytechnique fédérale de Lausanne : Jean-Daniel Nicoud, qu'il va élaborer les premières souris Logitech. Elles seront fabriquées un temps par l'entreprise de mécanique horlogère de précision Dubois Dépraz. On a donc déjà le tryptique gagnant : start-up, instituts de R & D et entreprise locale.

la Suisse accueille plus de 6500 start-up. Il est difficile de dénombrer le nombre de start-up sur le sol helvète. Cependant, en totalisant toutes celles inscrites sur le site www.startup.ch (ce qui ne représente pas toutes les start-up suisses) on arrive à plus de 6500 ! Et, suivant les études entre 200 et 300 start-up éclosent chaque année en Suisse. (1)

On comprend mieux pourquoi l'image du milieu entrepreneurial romand s'éloigne de plus en plus du duo « chocolat-horlogerie de luxe »...

(1) https://www.startupticker.ch/en/swiss-startup-radar

5 autres articles en lien avec cette page :