Je recrute

Je cherche un job

Guide de recrutement pour trouver un rédacteur web

Internet se nourrit de contenus et, dans ces contenus, les textes sont primordiaux.

C'est l'heure pour vous de recruter un rédacteur ou une rédactrice web de qualité qui pourra répondre à vos besoins de contenu mais surtout bien s'intégrer dans la culture et la stratégie de votre entreprise ?

Le marché de l'emploi de rédacteur web est un peu saturé : c'est un métier qui attire bon nombre de postulants et les offres sont aussi nombreuses. Il est donc primordial de bien rédiger ses offres d'emploi pour cibler la bonne personne avec la bonne formation et l'expérience qu'il faut, et pour ne pas crouler littéralement sur les candidatures.

Voici quelques pistes pour rédiger une annonce efficace pour trouver LE rédacteur web qu'il vous faut.

De l'importance d'un bon rédacteur web

Il y a encore peu de temps, les contenus du web - articles et photos - étaient souvent produits en interne, pas forcément par un rédacteur professionnel, plus dans un souci de simple information que dans la démarche d'une vraie politique de communication ou de content marketing.

Or l'explosion du web et la montée en puissance des moteurs de recherche, comme le géant Google, ont fait du contenu, et surtout des textes, un passage incontournable pour tout site voulant se faire connaître. Le métier de rédacteur web est né de cette mini-révolution dans nos pratiques d'achats, de loisirs, de recherche d'informations.

En effet, savoir comment écrire des billets de blog, des pages web ou des fiches-produits, mettre en place un plan média digital, etc. n'est pas donné à tout le monde.

Avoir un rédacteur web professionnel en interne ou en freelance permet de proposer des articles et textes de qualité non seulement sur son site vitrine mais aussi sur tous les supports de communication comme les réseaux sociaux, un blog ou même le traditionnel print (dossier de communication, articles de presse, dossiers de presse, etc.). N'oublions pas non plus un autre domaine où il peut intervenir : le B2B et la communication interne.

Votre futur rédacteur web doit bien comprendre la vie de votre société, son domaine d'intervention, sa façon de travailler, ses relations avec les clients, etc.

C'est lui qui concrétisera et communiquera au monde entier :

  • votre politique de communication, d'information,
  • votre vision de votre société et de votre domaine professionnel,
  • votre relation avec les partenaires et les clients.

Il s'agit par conséquent d'un poste-clé de l'entreprise et votre offre d'emploi doit bien cerner vos besoins, vos envies avant de demander formation, expérience et autres.

Définir vos besoins

Vous avez besoin de contenus, d'accord, mais de quels contenus exactement ?

Avant de rédiger n'importe quelle offre d'emploi, il faut cerner précisément ses besoins. C'est valable pour tous les postes mais, de part son rôle-clé, c'est primordial pour recruter un bon rédacteur web.

En tant que chef d'entreprise ou de responsable DRH, vous avez une idée précise de ce que vous voulez et ne voulez pas, vous avez rédigé une liste exhaustive... Mais avez-vous pensé à intégrer à votre réflexion votre pool communication, votre service marketing ou vos développeurs SEO ?

Avant de vous atteler à la rédaction de l'annonce, faites le tour de l'ensemble de vos services pour savoir quels sont leurs besoins en terme de contenus et quelle est leur vision d'un collaborateur efficace dans le domaine de la rédaction.

Vous serez peut-être surpris de leurs réponses et leurs besoins : rédiger des fiches-produits percutantes, connaître les techniques de référencement naturel ou SEO, maîtriser un outil informatique particulier comme pour l'intégration des pages dans un CMS, savoir écrire des articles hyper pointus sur un sujet, etc.

Une fois bien cernés les besoins de tous les services sur le plan rédactionnel, posez-vous la question du futur du poste et de votre entreprise.

Vous pensez ouvrir un jour, même dans plusieurs années, une succursale en Suisse alémanique : il vous faudra, d'ores et déjà, rédiger l'annonce pour trouver un rédacteur bilingue.

Vous avez une petite structure qui va grandir vite, vous aurez peut-être besoin d'un community manager ou de copywriting ; pourquoi ne pas, d'ores et déjà, intégrer cette « casquette » à l'annonce de rédacteur web ?

Vous allez proposer de nouveaux produits dans un nouveau domaine à forte concurrence : il vous faudra chercher un rédacteur ayant suivi une formation en SEO pour que votre site soit dans les premiers résultats des moteurs de recherche.

Vous allez multiplier les sites internet, les moyens de communications : il vous faudra une personne capable de devenir responsable éditorial, donc de manager une équipe de rédacteurs.

Tout ce travail en amont vous permettra de définir vos besoins exacts et choisir alors entre les différentes solutions proposées par un marché de l'emploi très dynamique. Vous pouvez par exemple choisir d'externaliser le travail en cherchant un collaborateur freelance ou une agence web spécialisée dans la production de contenu et la communication digitale.

Cette solution présente le désavantage de ne pas intégrer à 100 % votre futur collaborateur à l'esprit de l'entreprise, mais, encore une fois, tout dépend de vos besoins, présents et futurs.

Ainsi, la présentation du poste devra intégrer toutes ces informations et les missions précises ainsi que votre manière de fonctionner : supérieur direct, CDD ou CDI, évolutions du poste, formation en interne, salaire, etc.

Bien présenter votre culture d'entreprise

On l'a souligné, ce marché de l'emploi des rédacteurs web est dynamique, peut-être un peu trop.

Tout le monde recherche la perle rare et bon nombre de personnes veulent travailler dans ce domaine. L'offre et la demande se télescopent pour le meilleur et souvent le pire : vous risquez d'être submergé de réponses. Un bon moyen de faire un premier tri réside dans la présentation de l'entreprise.

Vous avez déterminé les contours du profil recherché, passons maintenant à la présentation de l'entreprise. On trouve souvent sur le web des présentations un peu « allégoriques » de la société et de l'environnement de travail : cafés à volonté, tournoi de baby-foot ou de Mario Kart le vendredi, des cours de cuisine japonaise, etc.

C'est bien de montrer le dynamisme et la « coolitude » de l'environnement de travail, mais cela risque d'attirer... surtout Des amateurs de Mario Kart !

Votre futur rédacteur web devra intégrer votre société et en être un peu le porte-parole, n'hésitez pas à bien préciser votre vision du monde entrepreneurial, les valeurs fondamentales qui font vivre votre société, bref, en dire un maximum sur votre culture d'entreprise. Le rédacteur devra intégrer à tous les niveaux votre identité, votre ADN.

Cela doit être une condition sine qua non écrite noir sur blanc dans l'annonce. Sinon vous allez tous les deux, le recruteur et le recruté, perdre un temps précieux. Imaginez que vous trouviez un nouveau marché dans le domaine de l'armement et que votre rédacteur soit antimilitariste ?

Vous devez ainsi être très clair sur ce que vous êtes pour éviter les mauvaises surprises sur le long terme.

Ne pas « gonfler » les compétences

C'est souvent par la liste de compétences et formations requises que les recruteurs veulent faire le tri en demandant des études longues en sciences humaines ou un minimum de 10 ans d'expérience dans un poste similaire.

Ce qui peut être vrai sur des postes de commerciaux ou plus techniques l'est moins pour une annonce concernant la rédaction.

Imaginez un jeune rédacteur complètement passionné par votre domaine d'expertise mais avec peu d'expériences ou une formation ténue. Vous allez passer à côté d'une perle rare connaissant de A à Z votre profession ou vos produits, hyper-motivé par le poste... car vous avez placé la barre trop haut.

Vous devez le savoir : dans le monde de l'informatique, on trouve énormément d'autodidactes de talent. Donnez leur une chance car non seulement ils ont prouvé leur autonomie et leur motivation, mais surtout ils ont une expérience précieuse en recherche d'informations et peuvent vous amener des visions originales que n'auraient pas des postulants sortant d'une école de marketing ou de longues études universitaires. Pensez-y.

La plupart des annonces demandent aussi une bonne culture générale, une aisance dans l'écriture, rigueur et adaptabilité, et une bonne orthographe... Est-il vraiment nécessaire de polluer votre annonce en précisant qu'un rédacteur web doit savoir écrire sans fautes ? Vous le vérifierez lors des réponses reçues, des entretiens ou des tests.

Soyez inventif, précis et efficace.

Cela vaut aussi pour les compétences techniques : pas besoin d'expliquer qu'il faut connaître la suite LibreOffice ou Microsoft Office, cela tombe sous le sens. Mais si maîtriser InDesign est un plus, il faut absolument le souligner et préciser quel niveau d'expertise est demandé.

Une fois l'annonce rédigée, pensez à sortir un peu des sentiers battus au niveau de sa diffusion. Préférez par exemple les sites internet orientés « start-up » et Swisstech, les espaces professionnels, les incubateurs, les Hautes Écoles, etc.

Faites passer des tests

Une fois les CV reçus et un premier filtrage serré effectué, un bon moyen de séparer le bon grain de l'ivraie et de ne pas avoir un trop grand nombre d'entretiens est de faire passer des tests.

C'est une pratique de plus en plus répandue car :

  • elle met les demandeurs d'emplois dans des conditions de travail pratiquement normales,
  • vous verrez tout de suite les plus motivés, les plus intéressants, les plus efficaces,
  • vous verrez aussi ceux qui intègrent rapidement les nouveaux outils prévus pour le test,
  • elle vous permet d'avoir des arguments et une base pour les futurs entretiens,
  • et, cerise sur le gâteau, vous aurez déjà une base d'écrits tout prêts à l'issue du test.

Ce genre d'action se prépare très en amont pour choisir les outils en ligne, les moyens de noter les prestations, les sujets à traiter, etc. Mais, au final, le gain de temps est énorme et les quelques « élus » pour l'entretien d'embauche seront le « haut du panier ».