Découvrez plus en détail les métiers de developpeur web back end

Un développeur back end travaille avant tout côté serveur. Le code qu'il produit n'est donc pas directement visible des internautes. Pourtant, il est le véritable architecte d'un projet web. Actif au niveau du serveur et des bases de données, il est derrière l'ensemble des fonctionnalités que l'utilisateur va ensuite pouvoir utiliser. Métier en plein essor, il est aussi diversifié qu'épanouissant. Responsabilités, compétences, formations et perspectives de salaire, ce guide vous dit tout sur le métier d'avenir de développeur back end.

 

Ce que fait le développeur back end

Le développeur back end est le programmeur de l'ombre. En effet, contrairement au développeur front end qui agit côté client et rend nos pages Internet belles et ergonomiques, le développeur back end travaille lui côté serveur. Il a donc pour responsabilité toute la partie invisible d'un site ou d'une application web, sans laquelle le produit ne pourrait cependant pas voir le jour.

 

Au quotidien, le développeur back end est notamment en charge de :

  • coder les fonctionnalités d'un projet web,
  • concevoir l'architecture de sites et applications web,
  • utiliser la méthode agile,
  • choisir les technologies appropriées à un cahier des charges donné (développement pur, framework, système de gestion de contenu CMS).

 

Une fois sur le marché de l'emploi, par ailleurs très dynamique, le développeur back end peut choisir de travailler dans une structure spécialisée dans l'informatique. Parmi elles, les agences web ou les ESN (entreprises de services du numérique ou SSII sous leur ancien nom) sont particulièrement prisées des jeunes développeurs. D'autres pourtant préfèrent travailler pour une entreprise classique, c'est-à-dire pour le « client final ». Cela a l'avantage de pouvoir suivre l'évolution d'une marque sur le long terme, mais l'inconvénient d'aborder des projets la plupart du temps moins diversifiés. 

 

Enfin, le travail indépendant reste un classique pour les programmeurs. Très demandés, le travail en freelance leur permet de se spécialiser dans les technologies de leur choix puis trouver des missions auprès des entreprises les plus attractives. Cette flexibilité ne permet certes pas la même sécurité de l'emploi qu'un CDI. Elle s'accompagne toutefois d'une rémunération en moyenne plus élevée.

 

Compétences du développeur back end

Un développeur back end ne peut se contenter de connaissances techniques. Il doit en plus être à même de travailler en équipe, suivre la direction amorcée par une société, et former les clients à l'utilisation de leur produit une fois la phase de création terminée. Ses capacités techniques restent cependant la base fondamentale du métier. Il doit par conséquent maîtriser un certain nombre d'outils :

  • Un ou plusieurs langages de programmation dynamiques (PHP, Java, Python, Ruby entre autres).
  • Le langage de requête SQL et un ou plusieurs systèmes de gestion de bases de données (SGBD), tels MySQL, PostgreSQL ou MariaDB. Une bonne compréhension du NoSQL est un avantage certain.
  • Le fonctionnement du concept d'API (application programming interface), ou interface de programmation.
  • Au moins un framework lié au langage de programmation utilisé (CakePHP, CodeIgniter, Symfony et Zend framework notamment) et ses principales bibliothèques.
  • Une bonne compréhension du trio front end HTML, CSS, JavaScript. S'il ne sont pas ses outils de prédilection, le développeur back end travaille pourtant en étroite collaboration avec le développeur front end et doit donc comprendre son rôle et les tâches qu'il est en mesure ou non d'assurer.

 

Devenir développeur back end

Devenir développeur back end passe souvent par une formation dédiée. Les programmeurs autodidactes ne sont pourtant pas rares. Les profils techniques se prêtent en effet particulièrement bien à l'apprentissage des langages dédiés et il est tout à fait envisageable qu'un professionnel de l'informatique décide de se spécialiser seul au back end. De même, un développeur front end ou full stack peut sans trop de difficultés décider d'apprendre quelques technologies supplémentaires pour changer de voie. Il existe pour cela de nombreuses formations en ligne de très bonne facture qui permettent de progresser seul et à son rythme jusqu'à atteindre des compétences professionnelles satisfaisantes.

 

Pour les plus jeunes qui souhaitent devenir développeur back end dès l’école, il existe de nombreux chemins pour y arriver. En Suisse, il existe des formations de niveau Bachelor qui permettent à la fois d'apprendre les bases théoriques et de se frotter au monde professionnel réel grâce à des stages en entreprise. Les écoles d'ingénieur et les cursus universitaires classiques en informatique permettent également de se former au développement.

 

Se faire embaucher

Le métier de développeur back end est en plein essor. Il faut en effet rappeler que les besoins des entreprises en projets web (sites et applications) n'ont cessé d'évoluer tout au long des années 2010. En toute logique, le marché de l'emploi du développement est particulièrement dynamique. Pourtant ces besoins excèdent parfois l'offre en professionnels qualifiés, ce qui est une très bonne nouvelle pour les spécialistes du code, mais pas toujours pour les entreprises qui ont parfois du mal à trouver le talent qui leur permettra d'atteindre leurs objectifs en terme de visibilité.

 

Trouver un emploi n'est donc pas un défi très dur à relever pour un développeur. Pour autant tous les profils ne se valent pas. Langage côté serveur de prédilection, PHP continue de faire des émules sur le marché du travail. En tant que langage le plus utilisé du web, il promet un avenir radieux aux profils PHP. Java fait également partie des langages à privilégier, d'autant qu'il est également l'un des langages de prédilection du développement mobile, et plus particulièrement pour Android. Enfin, la popularité de Python a progressé tout au long des années 2010, en faisant l'un des langages de programmation préférés des développeurs, et par conséquent un langage très utilisé pour des projets très variés, incluant notamment le big data et l'intelligence artificielle, deux secteurs très en vogue.

 

Salaire et perspectives de carrière

Bien qu'il agisse dans l'ombre, l'importance du rôle du dev back end est loin d'être sous-estimé par les entreprises. S'il n'impacte pas directement l'expérience utilisateur (UX), nouvel enfant chéri des départements marketing, il assure pourtant les fondations d'un projet en travaillant sur la logique d'affaires. Il est par conséquent en moyenne mieux payé que son collègue du front end. Il est cependant difficile d'avancer des chiffres quant au salaire à espérer tant la nature des outils maîtrisés et l'expérience jouent un rôle déterminant.

 

À long terme, le développeur back end peut éprouver le besoin d'évoluer dans sa carrière. Les très nombreux outils disponibles peuvent lui permettre de trouver une bouffée d'oxygène et amener de la diversité à son quotidien. Il peut également décider de diversifier ses connaissances et se tourner vers des métiers voisins. Le développement full stack, le conseil ou encore le développement mobile sont alors des options de reconversion plus que réalistes.